Voir des baleines au Chili! Les meilleurs lieux d’observation de cétacés

baleine dans les fjords chiliens

Les côtes du Chili sont un lieu privilégié pour l’observation de cétacés, avec plus de 40 espèces sillonnant les eaux du Pacifique.

Voici les sept meilleurs lieux pour approcher ces géants marins  et voir entre autres, la majestueuse  baleine bleue, l’active baleine jubarte ou la petite baleine de Minke.

On pourrait croire que l’opportunité d’admirer des baleines est réservée à quelques chanceux, en réalité au Chili, c’est plus facile que l’on ne pense. Les 43 espèces de cétacés passant par les eaux chiliennes représentent plus de 50 % des espèces connues au niveau mondial. Beaucoup d’entre elles approchent de la côte pour s’alimenter pendant leur long voyage depuis les tropiques jusqu’à l’Antartique pendant l’été austral, entre les mois de décembre et mai.

C’est seulement en 2008 que la présidente de la république Michelle Bachelet promulga une loi déclarant le Chili libre de chasse à la baleine transformant ainsi 5,3  millions de km2 en premier sanctuaire d’Amérique du Sud pour les cétacés et un des plus grands existants.

Pour tout ceux qui veulent vivre cette expérience unique d’approcher ces grands mammifères, d’écouter leur respiration, voici les meilleurs lieux d’observation, du Nord au Sud du Chili:

ARICA: 

A 130m d’altitude, le Morro de Arica, symbole de la guerre du Pacifique (1879-1883) entre Pérou, Bolivie et Chili est un promontoire rocheux et désertique qui domine cette cité balnéaire au climat privilégié. De son sommet, on a une vue spectaculaire sur la ville, ses plages environnantes et l’océan ; avec un peu de chance, on peut apercevoir quelques rorquals tropicaux, entre autre le rorqual de Bryde nageant au loin. Pour ceux qui voudraient tenter leur chance et les approcher, il vous faut descendre du Morro pour  rejoindre le quai des pêcheurs où l’on vous proposera une balade au large pour voir baleines, dauphins, colonies de manchots de Humboldt et lions de mer séjournant sur les rochers autour d’Arica.

CHAÑARAL de ACEITUNO: 

A 120km au nord de La Serena, dans la région de l’Atacama, se trouve la crique de pêcheurs de Caleta Chañaral qui depuis quelques années déjà est connue des voyageurs à la recherche de baleines ; des pêcheurs se sont maintenant spécialisés et organisent des navigations en haute mer pour approcher, entre autres, le rorqual commun, 2ème plus grand animal vivant sur la planète après la baleine bleue (entre 20 et27m de long, 40 à 50 tonnes), la baleine de Minke, la jubarte et même la baleine bleue! on peut observer aussi des cachalots, des grands dauphins en bande (dits aussi dauphins à gros nez ou tursiops) et plus petites, mais non moins intéressantes, des  loutres marines jouant sur les rochers où se prélassent des lions de mer et nichent les manchots de Humboldt.

PUNTA DE CHOROS :

C’est un petit port de pêche artisanale de la région de Coquimbo, situé face aux  îles de la réserve nationale de manchots de Humboldt. Là aussi ce sont les pêcheurs qui organisent  des excursions sur la piste des baleines et des dauphins, principalement des jubartes (baleine à bosse) pendant la période estivale. Un bon complément à la visite de la réserve.

Baleine dans le parc marin Francisco Coloane
Baleine dans le parc marin Francisco Coloane

ILE DE CHILOÉ:

C’est au nord-ouest de la grande île de Chiloé et dans le golfe du Corcovado que l’on a enregistré la plus grande quantité de baleines bleues de tout l’hémisphère Sud : il y en aurait environ 300 exemplaires dans cette zone. A partir de Chiloé, deux secteurs vous sont recommandés pour l’observation de ce géant : Caleta Puñihuil à 25km de la ville de Ancud , lieu déjà réputé pour être le site de reproduction de deux espèces de manchots, ceux de Magellan (limite Nord de ces Patagons) et  ceux de Humboldt dont Chiloé est la limite Sud de leur territoire.

A Puñihuil une association d’ecotourisme sensibilise la population et les touristes, forme les jeunes au respect de l’environnement et dispose d’une embarcation appropriée pour la navigation en haute mer où se trouvent les baleines bleues ; vous pourrez aussi visiter la colonie de lions de mer la plus importante du Sud du Chili, près de l’île Metalqui.

L’autre possibilité est pour les plus aventuriers et sportifs, une experience unique puisqu’il s’agit d’une balade en kayak qui s’effectue depuis le parc privé Tantauco au sud de l’île, jusqu’au secteur de Caleta Zorra où sont présentes les baleines bleues.

MELINKA, ARCHIPEL DES GAITECAS:

Melinka était un village inconnu de la région sauvage de Aysen jusqu’à ce que, en 2003, le biologiste marin Rodrigo Hucke de l’Université Australe publie une étude faisant état de la découverte d’une nouvelle zone de repos et d’alimentation des baleines bleues près de l’archipel des Gaitecas. Quelques familles de Melinka, navigant dans les canaux et fjords depuis Chiloé jusqu’au parc national Laguna San Rafael se sont organisées et proposent aux voyageurs de belles expéditions  dans cette contrée isolée et loin du tourisme de masse. Un dédale d’îlots d’une beauté sauvage où vivaient autrefois les Chonos. On peut voir la baleine bleue, la baleine jubarte (à bosse), le rorqual boréal (balaenoptera borealis) et même des orques!

Melinka est un des lieux les plus impressionnants de la géographie chilienne, regardez une carte : la cordillère de la Côte termine là , se délite, et donne origine à toute une série d’archipels, d’îles et un système complexe de fjords.

Le nom de Melinka a été donné à ce village par un Allemand, en hommage à sa soeur portant ce prénom ;  arrivé de Russie (Lituanie aujourd’hui), il fut un des premiers colons à s’installer là en 1860.

PARQUE MARIN FRANCISCO COLOANE:

C’est le premier parc marin du Chili, nommé Francisco Coloane en hommage au grand écrivain chilote ; crée en 2003, le parc se situe tout au sud du pays dans la région de Magellan et s’étend sur 67.000 hectares.  L’île Carlos III dans le détroit de Magellan est un des meilleurs lieux pour admirer les baleines à bosse qui seraient plus de 100 à séjourner là entre décembre et mai. Elles viennent s’y alimenter de krill, de sardines, avant de remonter vers la Colombie et le Costa Rica pour se reproduire.

C’est aussi l’habitat natural d’autres mammifères marins tels que le rorqual boréal, la baleine de Minke, l’orque, les lions de mer et éléphants de mer… Quant aux oiseaux, on remarque le manchot de Magellan,  le pétrel géant, plusieurs espèces d’albatros, des sternes, le cormoran impérial, pour en nommer seulement quelques-uns.

Non seulement on peut observer plusieurs espèces et plusieurs spécimens  en peu de temps, mais le paysage est grandiose : on navigue sur des canaux entourés de glaciers et de montagnes imposantes couvertes de forêt magellanique subpolaire, la plus australe au monde.

ANTARTIQUE :

Sur la péninsule Antartique, des expéditions sont organisées quotidiennement  et l’on approcher en zodiac à peu de distance une grande variété d’espèces telles que la baleine bleue, la Minke, la baleine franche australe, la jubarte, le rorqual commun, le rorqual boréal, la baleine pygmée ; toutes ces espèces migrent depuis les tropiques jusque dans ces eaux froides pour s’alimenter pendant l’été austral.

Orque dans le parc marin Francisco Coloane
Orque dans le parc marin Francisco Coloane
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *