Balade au canyon du Colca

Canyon du Colca, Chivay

Cet impresionnant canyon du Colca de plus de 100 km de long et d’une profondeur entre 3200m et 3600m est situé dans une belle région du sud du Pérou proche de la ville blanche d’Arequipa. La route elle-même est étonnante, partant de 2300m et grimpant au col de Patapampa à 4910m où la vue est à 360º sur les volcans environnants, avant de redescendre vers le premier village de la vallée, Chivay, 3620m.

Les paysages changent au fil de l’altitude. En route, on peut observer, surtout dans les zones humides de bofedales, les troupeaux d’alpagas et de nombreux oiseaux : oies andines, mouettes andines, ibis noirs, foulques, canards…

La réserve de vigognes Aguada Blanca crée en 1979 a permis de récupérer la population de vigognes alors en danger. Très élégante et fine, la vigogne est un petit camélidé sauvage, vivant en groupe au-dessus de 4000m. Elle est très recherchée pour sa fibre, la plus fine, la plus chaude et la plus légère au monde. Si douce. Aujourd hui, la gestion des groupes de vigognes et la “tonte” de leur fibre est organisée par les communautés indigènes environnantes.

La vallée du Colca est composée de 15 villages tous fondés par les Espagnols au 16ème pour regrouper les populations : les comptabiliser, évangéliser, organiser le travail dans les mines, l’agriculture, et collecter les impôts. Avant l’arrivée des conquistadors en 1535, la vallée avait été sous domination inka depuis 1450.

Auparavant il y eut d’autres influences de cultures andines, particulièrement celle des Huari depuis l’an 600 qui ont développé un système d’irrigation performant. On sait que les lieux ont éte occupés de longue date, depuis environ 5000 avant notre ère par des nomades, chasseurs-cueilleurs.

La vallée est très riche avec une bonne terre, de l’eau toute l’année venant des hauts sommets environnants et un climat favorable permettant plusieurs récoltes par an. C’est pourquoi le moindre espace est organisé en terrasses, du bas de la vallée au plus haut, certaines terrasses datant d’avant les Incas.

Les populations de la vallée sont originaires de deux ethnies différentes, les Cabanas et les Collahuas, des agriculteurs  qui vivent aujourd’hui de la même manière… la seule différence visible est le magnifique vêtement des femmes, particulièrement le chapeau fort décoré ou brodé, selon…
Quand la vallée devient canyon, les falaises abruptes, quasi verticales, tombent dans le rio Colca. Ce sont dans ces falaises que les condors sont installés, ils y trouvent les courants chauds ascendants nécessaires à leur envol.

Ces lourds charognards sont des planeurs de 3 mètres d’envergure! Ils pondent en général un seul oeuf et pour le petit c’est un long apprentissage que de se lancer hors du nid pour s’élever haut dans les airs.

De la croix du Condor, à 3800m, on peut les observer facilement, déplaçant l’air de leurs lourdes ailes, et repérer les jeunes de couleur marron ou les adultes en col blanc.

Outre le condor, il y a bien d’autres espèces animales intéressantes, et également une grande diversité au niveau de la flore avec des espèces endémiques des Andes comme la yareta ou le queñual, seul arbre andin d’altitude.

Cela vaut le coup de se balader au Colca 2 ou 3 jours, logeant chez l’habitant, soit en descendant tout au fond du canyon pour se baigner dans les eaux thermales, soit en restant au niveau des villages randonnant sur les sentiers empruntés par les paysans locaux.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *