Nos voyages et expériences en Patagonie

La Patagonie est une  immense région à cheval sur deux pays, le Chili et l’Argentine. C’est à peu près le seul endroit du monde où l’on mentionne avant tout une région et non pas un pays. Pourtant les frontières sont bien marquées, que ce soit celles des hommes ou celles de la géographie! Mais l’isolement et la méconnaissance du sud du cône sud américain en est la cause.

Une superficie de 900.000km2 au total avec pour l’Argentine, 750.000 km2 ! de désert, de pampa à perte de vue, de steppe semi-aride battue par les vents… pendant que côté chilien, coincé entre cordillère des Andes et océan, on a un dédale de fjords, d’îles, de canaux, de rochers couverts de forêts denses tombant à pic dans l’océan ; océan pas si pacifique que son nom veut bien le dire!! Avec une côte déchiquetée, des vents violents venant toujours de l’ouest et de 4000 à 6000mm de précipitations par an!

Et surtout, toujours côté ouest, des glaciers, d’immenses glaciers, trois champs de glace gigantesques, celui du nord de 3.000 km2, le champ de glace sud de 13.000km2 ! celui-ci coupe le pays en deux, impossible de tracer une route!  Avec le champ de glace Darwin (3000km2) plus au sud encore, vers la Terre de Feu, ils forment la troisième masse de glace du monde et surtout, la troisième réserve d’eau potable du monde!! Derrère l’Antartique et le Groenland. Un enjeu!

Oui, les glaciers de Patagonie sont pratiquement tous au Chili, mais inaccessibles, contrairement à ceux côté argentin, rares, mais faciles à approcher !

La Patagonie, une des régions les moins peuplées au monde !

Cette immense région s’est développée à partir du milieu du 19ème siècle. Auparavant, quelques expéditions espagnoles s’y étaient aventurées, au 16ème siècle, avient erré dans les fjords et canaux, mais sans succès d’établissement durable. Plus tard, les Hollandais et les Anglais, grands navigateurs et/ou pirates sont aussi passés par là, décrivant les éléments, le climat, leurs rencontres avec les peuples Fuégiens.

Mais il a fallu attendre les premières expéditions du 19ème siècle, notamment celle du Beagle avec Darwin à bord et le capitaine Fitzroy pour tracer de véritables bonnes cartes et avoir une connaissance plus approfondie de ce gigantesque territoire.

A partir de ces expéditions scientifiques, le Chili comme l’Argentine ont ressenti le besoin de marquer leur territoire! de tracer les frontières… Expéditions militaires de part et d’autres, repérages et… peuplement bien sûr! au départ avec les militaires et les bagnards : à Punta Arenas, Chili comme  à Ushuaia, Argentine, deux bagnes sont crées autour de 1850 servant de base à la fondation des deux villes.

Et bien sûr, les missionnaires, catholiques et anglicans, étaient là, tous fortement préoccupés de sauver l’âme des quatre peuples fuégiens vivant alors sur ces immensités : Aoniken et Onas dans la pampa, Yamanas et Kaweskars sur l’océan, dans leur canots. Tous nomades. Peu nombreux. Tous décimés en 40 ans!!! 1880 – 1920 environ. Décimés par l’alcool, les maladies et les massacres organisés. En effet, entre-temps étaient arrivés les aventuriers de tout poil, les chercheurs d’or en Terre de Feu, les pionniers et autres colons, tous venus d’Europe. Ils ont développé la pêche, la chasse aux “phoques”, aux baleines, puis les grandes fermes à moutons, le trafic maritime, les sociétés d’import-export, etc…

Aujourd’hui, quelques descendants Kaweskars vivent à Puerto Eden dans les canaux chiliens du centre de la Patagonie, et une représentante Yamana vit sur l île Navarino, grande île chilienne proche de Ushuaia, au bord du  canal de Beagle.

Côté chilien, fjords, îles et forêts denses ; côté argentin, steppe et grands espaces

Actuellement, c’est la région d’Aysen au Chili qui est encore la plus préservée, la plus sauvage, la moins peuplée, arrosée entre autre par le río Baker, second plus long fleuve du Chili,  370km de long, aux eaux turquoises fort tumultueuses. Aysen ”réserve de vie” dit le slogan de la XI région.

De très nombreux parcs nationaux se répartissent de part et d’autre de la cordillère  des Andes ainsi que dans les canaux chiliens. Certains sont immenses, méconnus, car pratiquement inaccessibles: le meilleur gage de protection!

Côté argentin, c’est le monde des grandes estancias à moutons, s’étirant sur d’immenses territoires ventés, du pied de la cordillère jusqu’à l’océan Atlantique… le gaucho y chevauche toujours …

La Patagonie reste le domaine des grands espaces, des forêts denses, des fjords tortueux et des glaciers, des pics enneigés, des lacs vert turquoise: “le lait du glacier” comme disent les Argentins.

On y chevauche, on y randonne, on y mange du mouton grillé et de l’araignée de mer….

Venez y goûter !!