variété de tubercules andins

TOUT SUR LA POMME DE TERRE, ALIMENT ET ÉLEMENT CULTUREL DES COMMUNAUTÉS ANDINES.

Le PARC de la POMME de TERRE est un lieu dédié à la conservation de la diversité biologique et culturelle dans les Andes près de PISAQ, dans la VALLEE SACREE des Incas, proche de CUSCO. Il est administré par 5 communautés quechuas avec l’appui de l’Association pour la Nature et le Développement Durable: ANDES.

Les 5 communautés andines préservent environ 1300 variétés de pommes de terre (sur les quelques 3000 espèces existant au Pérou) ainsi que les connaissances et le savoir-faire liés à la culture et à la gestion du paysage agricole.

Le Pérou est le pays d’origine de la pomme de terre avec le plus grand nombre d’espèces, produites et préservées là depuis des siècles. Actuellement la pomme de terre est l’une des 4 cultures les plus importantes au monde.

Parque de la papa Pisaq

Parque de la papa Pisaq, photo Sara A. Fajardo

Les Quechuas vivent selon les principes andins de dualité, de réciprocité et d’harmonie.

La conservation de la biodiversité de la pomme de terre est essentielle pour assurer la sécurité alimentaire des générations futures dans le monde.

Les petits agriculteurs des Andes plantent un mélange de variétés pour assurer la récolte, quelques soient les conditions climatiques. 

Le Centre international de la Pomme de terre* s’associe au Parc de la pomme de terre et à l’Association ANDES pour comprendre l’impact du changement climatique sur la culture de la pomme de terre.

papas-andinas

Papas andinas, photo Sara A. Fajardo

Le parc fait partie d’un projet global de plusieurs volets dont celui de l’agro-écotourisme. On vous offre la possibilité de connaître la grande diversité de pommes de terre locales (différentes couleurs, formes) et d’en savoir plus sur leur importance culturelle dans les communautés andines.

Les visites peuvent être organisées autour de 5 grands thèmes : l’agroécologie, le sanctuaire culinaire, trekking, artisanat et produits naturels. Des ateliers peuvent également être organisés pour des groupes de participants sur des sujets tels que les territoires du patrimoine bioculturel, la sécurité alimentaire, les connaissances traditionnelles et la résilience face aux changements climatiques. Les programmes sont flexibles et peuvent être adaptés aux intérêts spécifiques des visiteurs.

Vous aurez également la possibilité d’acheter des produits locaux (savons, médecines naturelles, plantes, etc.), de goûter à  la nourriture savoureuse de notre restaurant, et vous profiterez des paysages grandioses des hauts plateaux andins avec une balade vers de beaux lacs comme celui de Kinsa qocha.

Kinsa Cocha Pisac

Kinsa Cocha Pisac

Ce projet d’agroécotourisme est un moyen important de générer des revenus directs pour les familles et les collectivités. Cet argent est par exemple investi dans l’éducation des enfants.

Il encourage également à préserver la biodiversité grâce à une agriculture durable, qui est le principal élément de notre souveraineté alimentaire.

 

Portrait - parc de la pomme de terre

Portrait – parc de la pomme de terre, photo Sara A. Fajardo

Le *Centre International de la Pomme de terre ou CIP (International Potato Center) est l’un des plus grands centres de recherche scientifique au monde dans le domaine des pommes de terre, patates douces, manioc et autres tubercules et racines. Il a été fondé en 1971 à Lima.

Le CIP est une organisation internationale, une alliance mondiale de recherche agricole qui regroupe 15 centres de recherche. Il est financé principalement par 58 gouvernements, fondations privées et organisations internationales et régionales.

OBJECTIFS:

Le Centre international de la pomme de terre a pour objectif de réduire la pauvreté et assurer la sécurité alimentaire sur une base durable dans les pays en développement, par le biais de la recherche scientifique, de la gestion des ressources naturelles et d’activités liées à la pomme de terre, à la patate douce et à d’autres racines et tubercules.

Le CIP encourage l’amélioration du rendement de la pomme de terre par hectare cultivé en ayant pour objectif de tripler la capacité de production par hectare en améliorant la gestion des ressources et notamment la technologie, compte tenu du rythme de croissance de la population mondiale.

RECHERCHE :

Des chercheurs de 30 pays des 5 continents échangent constamment des informations sur toutes les variétés de pommes de terre qui existent actuellement dans le monde. La recherche vise à accroître la production alimentaire et à renforcer les systèmes agricoles afin d’améliorer la qualité de la vie dans les pays en développement au profit de ceux qui n’ont ni capitaux, ni ressources, ni semences de qualité.

Le CIP a une banque génétique avec environ 5000 différents types de pommes de terre sauvages et cultivées, 6500 variétés de patates douces et plus de 1300 types d’autres racines et tubercules andins en provenance de Bolivie, d’Équateur et du Pérou. De même, le CIP produit des semences de pommes de terre améliorées pour résister aux maladies, au gel et à la sécheresse.

De même, il conserve des exemplaires de chaque pomme de terre, exempts de contamination et facilement transportables, pour être utilisés lors de catastrophes naturelles et autres urgences qui surviennent dans le monde.

pommes de terre variées

Pommes de terre variées – photo Sara A. Fajardo

 

Allez leur rendre visite!

Plongez dans les RACINES des ANDES !!!

Consultez-nous….

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.