Nos voyages et expériences au Chili

Le Chili…….une très longue bande de terre étroite coincée entre l’océan Pacifique et la cordillère des Andes. A son point le plus large, au nord, ce sont 470km ; sa largeur minimum se trouve au sud et est de 90km! pour une longueur de plus de 5000km!

La population de seize millions et demi d’habitants  est très inégalement répartie du fait des conditions géographiques extrêmes de ce pays. Au nord, l’Atacama est un des déserts les plus arides au monde, au sud, le pays se divise en de multiples îlots, fjords et canaux ; de plus, deux immenses champs de glace coupent le continent en deux et empêchent toute communication terrestre entre le centre du pays et le sud de la Patagonie.

Le sommet  Ojos del Salado, volcan le plus haut du monde, culmine à 6890m au nord et à cette latitude-là, on a une fosse marine de -8000m! Il faut ajouter à cela, les 2085 volcans recensés dont 55 bien actifs, notamment le Villarica et le Llaima au sud et le Lascar au nord.

Au vu de cette folle géographie, on peut comprendre que les Chiliens sont bien différents de leurs voisins car les barrières géographiques sont très fortes et on se sent à part, presque un îlien!

Le Chili, un pays hybride et atypique !

La majorité de la population est citadine et vit dans la vallée centrale, sur 1500km, là où le climat est le plus favorable avec un réseau hydrographique dense ; c’est aussi la zone la plus sismique! Les principales villes s’y trouvent, la capitale, Santiago avec ses six millions d’habitants, également. Elle jouit comme Valparaíso, d’un climat méditérranéen.

Les terres les plus fertiles sont là, favorables aux cultures de fruits et légumes les plus divers, de climat tempéré et même tropicaux, selon la latitude. Le vin est aussi une production importante et on plante de la vigne toujours plus au nord, se rapprochant du désert. Le bois des forêts plantées au sud et la pêche sont deux élements importants d’une économie très libérale basée sur les exportations.

Le Pacifique est un océan riche du fait du courant froid de Humboldt qui remonte les côtes depuis l’Antartique. C’est un des océans où l’on trouve la plus grande biodiversité, depuis le plancton… jusqu’aux baleines.

Mais la grand richesse vient du désert d’Atacama avec les mines de cuivre, or, argent, fer, et le lithium du salar d’Atacama. Le Chili est le premier pays producteur de cuivre au monde ; on peut visiter d’ailleurs  l’impressionnante mine de Chuquicamata, la plus grande du monde à ciel ouvert. Le nord a d’abord été exploité pour son salpêtre, ce fut la fièvre de l’or blanc fin 19ème, début 20ème, une époque de grande prospérité pour le pays.

C’est à partir de 1830 que les gouvernements successifs ont fait appel aux européens candidats à la migration pour venir peupler le pays et travailler à son développement.

La population est jeune, citadine à 87%, très majoritairement métissée à 70%, avec 20% d’Européens (notamment allemands, croates) et environ 10% d’Indigènes :  Aimaras, Atacamènes au nord et Mapuches au sud,  de loin les plus nombreux. Ils ont conservé leurs traditions, leurs connaissances et savoir faire ainsi que leur vision du monde ; ils essaient de faire respecter leurs droits et sont dans un processus de revalorisation de leurs cultures, méconnues ou parfois méprisées et longtemps réprimées. Un long processus en cours, souvent douloureux, mais qui semble avancer plus rapidement depuis ces dernières années avec une certaine reconnaissance de la part des gouvernants et de la population.

Le Chili change… un pays en plein mutation!… cette société en mal d’identité, conventionnelle et conformiste,  gouvernée par une élite très conservatrice, est en train d’évoluer rapidement, de se fissurer et de s’ouvrir de tout côté, avec une culture plus présente, populaire, grâce aux nombreux intellectuels et aux mouvements sociaux qui se réactivent depuis 5-8 ans.  Ça bouge!!!! Normal… on est dans un des pays les plus sismique au monde!!!!

Venez vous y balader!