Cariquima-Joaquin-Baranao

          ISLUGA : VOLCAN ACTIF, CENTRE CÉRÉMONIEL AIMARA ET PARC NATIONAL  

 

Situé sur l’altiplano chilien, le Parc National Volcan Isluga est entouré de volcans, de lagunes et de monts sacrés pour le peuple aimara.

C’est l’une des zones les plus riches en biodiversité des hauts plateaux andins chiliens. On le visite en venant de Iquique, ou de Arica : dans ce cas, c’est un circuit de plusieurs jours permettant de découvrir le parc national Lauca, le salar de Surire, la réserve nationale de vigognes, les villages aimaras de Enquelga et Isluga,etc.

 

Isluga

Isluga photo Surinmenso

Les premières occupations humaines remontent à environ 6000 ans. Le site archéologique Pukara de Isluga, le cimetière aimara Usamaya, les cités funéraires Chok y Qolloy et les tours funéraires de Sitani attestent d’une longue histoire, inca et aimara. Le site de Isluga lui-même n’est pas habité, c’est un centre céremoniel, un lieu de rituels selon la cosmovision aimara ; la population vient s’y réunir lors des fêtes religieuses locales.

On ne sait pas vraiment ce que veut dire Isluga (en aimara isi y llullaña signifie déguisement), mais les habitants de la région considère cette montagne comme une protectrice, féminine, et gardent jalousement le secret de la signification de son nom.

Avec une superficie de 174.744 hectares, le Parc National Volcan Isluga se caractérise par ses hauts sommets et une flore et une faune andine encore préservée ; il s’étire de la précordillère à l’altiplano andin. Déclaré parc national en 1967, il est situé dans la région de Tarapacá, à une altitude moyenne de 4000 mètres, et à 232 km. au nord-est d’Iquique.

Proche de Colchane, village frontière avec la Bolivie, le parc compte de nombreux hauts sommets : Latarama, Tatajachura et Qinsachata (5207, 5252 et 5400 mètres d’altitude respectivement) et le volcan Isluga, 5530m, qui donne son nom à cette zone de protection et de conservation des ressources naturelles. Ce strato-volcan est actif, sa dernière activité date de 1960. Vous pourrez voir ses fumerolles…

 

Altiplano depuis le volcan Isluga Alejandra Ardilla

Altiplano depuis le volcan Isluga photo Alejandra Ardilla

LA FLORE :

Dans ce paysage de steppe, typique de l’altiplano, on trouve des communautés végétales diverses toutes adaptées au climat sec et froid comme certaines cactacées, des herbacées odorantes en forme de coussinet, des arbustes comme la tola ; des arbres endémiques au milieu alto-andin comme les queñoas, de la famille des rosacées : la population de ces arbres au tronc tortueux à écorce fine de couleur orangée est maintenant réduite à quelques zones géographiques précises ; la llareta, une plante étrange et résineuse poussant très lentement, en coussinets et ressemblant à une mousse : elle fut longtemps exploitée et est aujourd’hui protégée ; les prairies humides, zones marécageuses de bofedales très appréciées de la faune locale.

LA FAUNE :

Se caractérise par la présence des 2 camélidés sauvages d’Amérique du Sud : le guanaco et la vigogne; las lamas et alpagas, camélidés domestiqués sont présents aussi dans les bofedales proches des communautés aimaras.

On peut observer facilement le renard culpeo et la vizcache, un rongeur andin aimant se chauffer au soleil du matin ; différentes espèces de canards et de rapaces, le condor, un ibis de couleur noire (nommé au Chili corbeau des marécages de la puna), la mouette des andes, seule mouette à nicher très loin de la Côte, l’oie andine toujours en couple et qui affectionne les prairies humides, le flamant chilien, etc.

Le nandou (suri), un oiseau coureur de la famille de l’autruche vivant entre 3500 et 4500m, est devenu plus rare.

 

llareta-azorella-compacta

llareta-azorella-compacta photo Surinmenso

 

LES SENTIERS:

Sentier Laguna Arabilla : La longueur du sentier est de 600 m (!!) C’est un sentier d’interprétation  permettant l’observation de différents milieux écologiques et associations végétales des steppes alto-andines et des steppes humides. Dans la lagune Arabilla, on peut observer le flamant chilien, une grande variété d’oiseaux et un bosquet de queñoas.

Sentier Pukará de Isluga : Le sentier est long de 3 km et grimpe au sommet d’un cerro, d’où l’on peut contempler l’immensité du paysage.

Sentier Volcan Isluga : ce sont 9 km mais il faut compter 8h aller retour (difficultés dûes à l’altitude et au terrain sablonneux) ; le sentier est bien marqué et permet de grimper jusqu’au cratère du volcan, au niveau de la première fumerolle, d’où l’on embrasse une vue panoramique sur tout le parc.

 

QUE VISITER :

Outre l’imposant volcan Isluga, et l’incroyable nature du parc, un autre attrait, est le champ géothermique Puchuldiza, composé de geysers et de thermes, où l’eau atteint 85º.

Préférez le petit matin pour apprécier pleinement les  fumerolles au soleil levant ; pendant les mois les plus froids, les eaux gèlent en formant de magnifiques blocs de glace. Il existe plusieurs thermes naturels, sans infrastructure dans le secteur.

Vous pouvez également visiter les villages aimaras de bergers et artisans qui commercialisent des tissages, de la laine d’alpaga, de la poterie et de l’artisanat en pierre sculptée.

 

vigognes sur le salar de Surire

vigognes sur le salar de Surire

QUAND Y ALLER :

Préférez avril à mi-novembre, saison sèche où les températures sont cependant plus froides entre -15 et +15 degrés mais le ciel est clair, très pur et la lumière exceptionnelle à ces altitudes.

Entre décembre et mars, les températures oscillent entre 0 et 20º, mais il peut pleuvoir : on appelle ce phénomène le petit hiver bolivien, ce sont des pluies parfois diluviennes venant du Chaco, une région chaude et humide du sud-est de la Bolivie qui se déplacent vers l’altiplano et arrivent à traverser la cordillère des Andes, malgré les hauts sommets faisant habituellement barrage ; les pistes deviennent alors impraticables et la région de Enquelga, Isluga ne peut pas se visiter..

 

QUOI EMPORTER :

Le climat est semi-désertique, plutôt sec et froid ; l’air est très sec. Se protéger du soleil et de la sècheresse de l’air avec des crèmes efficaces peau et lèvres ; chapeau, bonnes lunettes. Emporter des vêtements chauds et coupe-vent, de bonnes chaussures de marche, bonnet, gants. Jumelles pour l’observation de la faune et des oiseaux. Collyre et foulard (poussière des pistes). Gourde.

 

Liens vers nos circuits passant par le parc national Isluga:

https://surinmenso.com/voyage/balade-desert-chilien-sud-lipez-bolivien-15-jours/

https://surinmenso.com/voyage/la-route-des-volcans-nord-chili-15-jours/

https://surinmenso.com/voyage/magie-des-andes-entre-salars-et-volcans-15-jours/

 

viscache

viscache photo Surinmenso

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.