,

Valparaíso de mi amor, une ville unique au bord du Pacifique

colline de Valparaíso

Grand port du Pacifique, le plus important du Chili et ville mythique s’il en est ! Les petites maisons colorées de Valparaiso montent à l’assaut de ses collines, toujours plus haut !

On y grimpe par des escaliers raides et vertigineux, des funiculaires et autres ascenseurs du siècle dernier qui nous élèvent vers quelques balcons panoramiques; les minibus -transports publics locaux appelés micros- osent des pentes incroyables nous offrant des points de vues exceptionnels sur la baie. Des fresques murales agrémentent les murs des ruelles conduisant à la maison-musée de Pablo Neruda.

Les quartiers  de Valparaiso classés patrimoine de l’humanité, cerros Alegre et Concepción paraissent des enclaves préservées loin du raffut de la ville d’en bas. Car il ne faut pas oublier le plan, la partie basse de la ville, en partie gagnée sur l’océan, c’est là que se trouve le port, c’est là que la population se donne rendez-vous, c’est le cœur de la ville : commerces, marchés, rues encombrées de petits vendeurs : on y vend de tout! transports dans tous les sens, places arborées de palmiers, sculptures, monuments et belles portes sculptées rappelant la période de prospérité du port, et bien sûr de partout, les cafés…. les bars, les pubs, les boites, les restaurants…. bref, la bohème qui de tout temps a fait parler d’elle.

Valparaiso, une ville haute en couleurs

Car il y a deux villes : non seulement celle du haut et celle du bas, mais aussi, l’une dans l’ambiance de la journée et l’autre, plus sombre… celle de la nuit….

Attraction-rejet, amour-haine…. Sont les sentiments contradictoires et paradoxaux que nous renvoie Valparaiso.. selon les jours, selon l’humeur…..

Ville populaire et cosmopolite s’il en est, qui de tout temps a accueilli les immigrants venus du monde entier, c’est une ville unique dans son genre au Chili, très différente des autres. Plutôt marginale et alternative, un rien magique, toujours changeante, parfois dérangeante, en tout cas atypique! Elle se revendique aujourd’hui capitale culturelle avec la création ces dernières années de nombreux événements et festivals.

Il faut se perdre dans ses ruelles et recoins, au gré de l’humeur du moment…

2 réponses
  1. Danielle
    Danielle dit :

    Un site qui m’a séduite tant par sa nature que par les commentaires apportés par Mireille, passionnée entre autres d’ornithologie, est celui situé à quelques kilomètres au nord de Valparaiso, au bord du Pacifique, à Reñaca. Très près de la côte, un grand rocher, en forme de falaise avec des cavités permettant aux oiseaux de se réfugier, abrite plusieurs espèces : des vautours, des fous, des manchots, pélicans, cormorans, sternes et d’autres dont je ne me souviens pas du nom. Il y avait aussi des lions de mer, de la famille des otaries. Les observer se dorant au soleil, allant d’un point à un autre fut un véritable plaisir.

    Répondre
  2. Jacqueline
    Jacqueline dit :

    J’ai eu le coup de foudre pour la propriété de Pablo Neruda à Isla Negra, commune balnéaire à 90km au sud de Valparaíso : à cause de sa situation au bord du Pacifique, si grandiose, de l’originalité de la conception de la maison – ainsi le lit du couple que formait Neruda avec sa troisième femme, Matilde Urrutia, positionné à l’un des angles de leur chambre face à l’océan – , les collections étranges que faisait le poète – figures de proue, masques exotiques, instruments de musique… – et la simplicité de ce jardin qui s’étire le long de l’océan.
    L’ambiance qui émanait de cette visite était celle d’un intellectuel, bon vivant, sachant accueillir ses amis, et esthète. Cela m’a donné envie d’acheter le livre écrit par sa dernière épouse, intitulé « Mi vida junto a Pablo Neruda ».

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *